Contes irlandais de Lucienne Escoube

Contes irlandais, Lucienne Escoube, Éditions Terre de brume.

Quatrième de couverture :

Précédés d’une préface de Jean Kermarrec sur l’influence des traditions populaires sur la littérature irlandaise moderne, et suivis d’une étude sur les personnages typiques du folklore irlandais, ces Contes irlandais invitent le lecteur à une balade au cœur de la verte Érin, au son des uileann-pipes un verre de bière à la main. La trentaine de contes qui y sont regroupés nous donne une idée précise et fidèle de l’imaginaire gaélique. Le Petit Peuple y est bien sûr représenté – banshee, lepracaune, pooka – mais également les héros des cycles magiques ou encore les saints patrons qui sillonnèrent depuis le haut Moyen Âge cette terre de foi. Un voyage à ne pas manquer au cœur de l’imaginaire celtique…

Qu’est-ce que j’en pense ?

Beaucoup de bien ! Sinon je n’écrirais pas une chronique sur ce livre, évidemment… Pour moi, c’est un classique si on veut en savoir plus sur la culture traditionnelle irlandaise. Cet ouvrage m’a été indispensable lors de mon premier voyage en Irlande, lorsque j’ai décidé d’écrire un roman inspiré des légendes et du folklore celtiques. Non seulement ces contes sont très bien écrits, mais aussi très fidèles aux récits que se racontent les Irlandais entre eux depuis des siècles. Ce recueil fait honneur à une tradition orale en mettant ces contes en mots et en les partageant à des lecteurs curieux comme vous et moi !

Alors, prêts pour un voyage en terres irlandaises parmi les fairies et autres esprits de la nature ?

Fertile contrée de vallées sinueuses, de claires rivières, de plaines verdoyantes, où l’été, tout le long de l’été, règne, en une éternelle splendeur, terre paisible de calmes délices, de fleurs jamais fanées, ignorante de vieillesse et de mort, de maladie, du souci ou de l’ennui ; pays d’éternelle jeunesse, d’amour et de vérité où ne se voient ni peine ni chagrins. Terre de repos dans l’ouest d’or sur le bord des flots d’azur.

Extrait du Chant de la Fée-Pucelle à Connla aux cheveux d’or.

Laisser un commentaire