Matilda de Roald Dahl

Matilda, Roald Dahl, édition illustrée par Quentin Blake, collection Folio Junior, éditions Gallimard.

Quatrième de couverture :

Avant même d’avoir cinq ans, Matilda sait lire et écrire, connaît tout Dickens, tout Hemingway, a dévoré Kipling et Steinbeck. Pourtant son exercice est loin d’être facile entre une mère indifférente, abrutie par la télévision et un père d’une franche malhonnêteté. Sans oublier Mlle Legourdin, la directrice de l’école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable. Sous la plume tendre et acerbe de Roald Dahl, les événements vont se précipiter, étranges, terribles, hilarants…

Qu’est-ce que j’en pense ?

Matilda Verdebois (Matilda Wormhood en version originale) est une lectrice aguerrie qui développe des pouvoirs de télékinésie à force de passer des heures à dévorer des livres en solitaire. Quand j’étais enfant, je trouvais cela génial donc je m’entraînais à déplacer des objets avec mon esprit… Un peu comme dans Star Wars.

Pour moi, Matilda c’est la figure de la lectrice intelligente et éclairée, qui sait extraire d’un livre « la substantifique moelle », comme dirait Rabelais. C’est aussi le prototype de la bonne personne, car elle se sert toujours de ces pouvoirs magiques pour aider les autres. Pourquoi ne devient-elle pas une super-héroïne Marvel ? Parce que tout cela est une magnifique métaphore de l’enfance et de la vie en générale. La magie présente dans ce roman n’est pas à prendre au pied de la lettre. Ainsi, Roald Dahl nous immerge dans l’univers magique de l’enfance où tout est possible et nous montre une enfant défavorisée qui sait tirer profit de ses forces intérieures, de ses qualités, autrement dit de tout son potentiel. Sa famille beauf perçoit ses dons intellectuels comme des contraintes ou des facultés inutiles, sauf que Matilda réussit à faire de ses soi-disant faiblesses une véritable force.

Depuis mes 9 ans, je lis et relis Matilda, cette histoire indémodable qui me fait encore vibrer aujourd’hui. L’univers de Roald Dahl est drôle, original, plein de tendresse et il sait parler aux enfants comme aux adultes. Matilda, c’est une petite-fille qui devient adulte avant tout le monde, qui s’émancipe de ses parents sans jamais les juger, qui se crée sa propre famille et qui s’affirme en tant que personne à part entière (ce qui révolutionne la vision qu’on peut avoir de l’enfant)… Bref, c’est un modèle de vie.

Si vous ne l’avez pas encore lu, n’hésitez surtout pas !

– Papa, dit-elle, tu crois que tu pourras m’acheter un livre ?
-Un livre ? dit-il. Qu’est-ce que tu veux faire d’un livre, pétard de sort !
-Le lire, papa.
-Et la télé, ça ne te suffit pas?

Laisser un commentaire