Serial Tattoo de Sylvie Allouche

Serial Tattoo, Sylvie Allouche, Éditions Syros Jeunesse.

Quatrième de couverture :

La nouvelle enquête sous haute tension de Clara di Lazio, qui met toute sa ténacité et son humanité à démanteler un trafic de jeunes femmes nigérianes. 

Pourquoi la commissaire Clara Di Lazio remarque-t-elle cette femme nigériane qui se tient dans la salle d’accueil du commissariat ? Sans doute parce que la détresse d’Ayo Madaki est immense. Sa fille Shaïna a été piégée par un homme qui lui a proposé beaucoup d’argent. Le pire serait qu’elle ait été embarquée par un réseau de trafic de jeunes femmes. Pour la retrouver, Clara Di Lazio va suivre son instinct. Et impliquer son équipe corps et âme.

Qu’est-ce que j’en pense ?

Après deux polars sur les aventures de la commissaire Clara Di Clazio, Sylvie Allouche nous embarque dans une nouvelle enquête où des thèmes comme le trafic humain, l’immigration et l’art  sont au rendez-vous. Ce roman aborde aussi avec finesse des problématiques comme l’homosexualité, le sexisme, les violences infligées aux femmes et aux enfants ou encore la prostitution. 

Le style d’écriture est à l’image de l’équipe de Di Clazio : franc et efficace. C’est sans détours que Sylvie Allouche évoque la misère des migrants aujourd’hui en France. Ce polar emprunt d’un réalisme frappant nous interpelle et nous emmène littéralement au coeur de l’action. Pas de scènes ni d’allusions trop crues, l’équilibre est parfait. L’humour et l’amour sont également présents dans ce roman aux nombreux dialogues qui font vivre le texte. On est en apnée du début jusqu’à la fin aux côtés des victimes, des coupables et des enquêteurs. Un vrai plaisir !

Je recommande donc vivement ce polar pour la jeunesse qui est conseillé pour les ados à partir de 13 ans !

Ça fait un moment que je ne suis pas venu sur le terrain. Pas depuis le démantèlement d’un gros réseau il y a quelques mois. Cinquante de mes gars, deux ans d’investigation, de planques, de renseignements internationaux croisés. Pour une fois, ça a bien fonctionné. On les a fait tomber. Une goutte d’eau dans l’océan de ce trafic inhumain, peut-être, mais une grande victoire pour nous. On leur met des bâtons dans les roues, on enraye les rouages. C’est toujours ça de pris. 

Laisser un commentaire